MyFinancePartner

Cash is king ! 3 raisons de se focaliser sur le cash.

S'il y a une formule à retenir en gestion financière d'entreprise, c'est bien "Cash is king". C'est valable pour toutes les sociétés, peu importe leur but ou leur secteur d'activité.

Comment définir le montant idéal ?

Il n’y a pas plus propice que la pandémie Covid-19 pour se rendre compte à quel point, la trésorerie est le nerf de la guerre. Mais doit-on disposer d’une trésorerie importante pour couvrir un arrêt d’activité net de plusieurs mois lié à une crise aussi extraordinaire ?

Certainement pas ! Financer ses activités coûte, parfois 3 à 4 % d’intérêts aux PMEs. Alors il est bien normal que les entreprises n’aient pas autant de liquidités. Le bon niveau de trésorerie ne se définit pas sur la base de ratios comptables. Ils sont certes utiles pour un premier diagnostic, mais il convient également de prendre en compte le futur envisagé par les dirigeants, et notamment les objectifs stratégiques.

Prenons 3 raisons qui vous permettront de définir un niveau de trésorerie adéquat  :

La trésorerie, tout en haut à gauche de votre bilan (pour les entreprises suisses) se constitue du tiroir caisse, des avoirs en banque ou à la poste, mais aussi tout ce qui est équivalent à de la trésorerie, tels que des titres et placements que vous pouvez immédiatement liquider.

À noter : quand nous faisons une analyse de la santé financière et des liquidités d’une entreprise, nous prenons en compte tout le fonds de roulement, en incluant les créances-clients, les stocks et les dettes-fournisseurs.

1. Parer aux imprévus

Avant tout, la trésorerie doit permettre d’amortir quelques chocs, sans chambouler l’activité principale. Qu’il s’agisse de retards de paiement des clients, de retours-clients, de retards dans les livraisons ou dans l’avancement de projets, tout ceci fait partie de l’activité de l’entreprise, du « business as usual ».
 
Pour autant, les activités de l’entreprise ne sont pas uniquement dépendantes de la trésorerie disponible. On s’intéresse plutôt au Fonds de roulement net (FRN), qui inclut 3 postes supplémentaires : les créances-clients, les dettes-fournisseurs et les stocks. Analyser le Fonds de roulement permet de mieux comprendre l’impact des activités opérationnelles sur la trésorerie.
 
En cas de ralentissement économique, le manque de trésorerie ne se fera pas sentir immédiatement. Si l’entreprise prend des mesures anticipées, avec par exemple les RHT, une grande partie des coûts de production seront réduits et ajustés à l’activité. Les créances-ouvertes seront suivies de plus près pour être reçues au plus vite et finalement le stock existant permettra d’honorer les commandes en cours. 
 
D’où l’importance, de toujours maintenir un prévisionnel de trésorerie (cash forecast), afin d’établir rapidement le niveau de liquidité des mois à venir, tout en ayant une vision claire sur les entrées et sorties de trésorerie ! 

2. Pour accélérer et croître

Si l’entreprise a le vent en poupe, avec une augmentation des commandes, de nouveaux clients ou projets, on pourrait penser que tout va au mieux et que la liquidité ne sera pas un problème.
 
Et pourtant, c’est précisément en croissance, que certaines sociétés se sont retrouvées en faillite. Illustré plus haut avec un ralentissement économique, nous avons mentionné qu’il faudrait quelques semaines ou mois avant que le manque de cash se fasse ressentir. Dans le cas de la croissance, c’est exactement l’effet inverse qui se produit. L’entreprise doit s’approvisionner davantage (et payer), produire plus (encore payer), livrer (et encore payer), stocker (attendre), facturer (encore attendre) et même encore parfois réclamer avant de pouvoir finalement … encaisser. La route est longue.
 
Si seulement c’était le seul problème de la croissance, une ligne de crédit suffirait. Mais malheureusement, en pratique on observe souvent une augmentation des charges fixes, à l’encontre de toute logique économique qui voudrait plutôt voir apparaître des économies d’échelle. Si l’entreprise n’a pas mis en place une gestion analytique des marges, alors la croissance sera une porte ouverte à de nouvelles inefficiences, qui ont un impact parfois immédiat sur le cash ! 

3. Pour être serein et saisir de nouvelles opportunités

Quand le business va.. tout va. Il n’y a pas plus rassurant qu’un compte bancaire bien fourni pour dormir sereinement et s’octroyer quelques plaisirs partagés en équipe, sous le prétexte d’activités « Team Building ».
 
Il est bien connu que le succès attire le succès. Il est fort probable que l’entrepreneur de cette jolie réussite soit à l’affut de nouvelles opportunités, ou qu’elles se présentent à lui. Le moment venu, il est certain que cet entrepreneur sera tenté de se lancer dans un développement stratégique. Il sera alors important de juger de la pertinence et de la rentabilité de l’investissement, notamment grâce à une analyse …. des cash flow futurs.
 
Dans ce contexte, la trésorerie disponible n’aura donc aucun impact sur la décision. Par contre une fois le feu vert donné, le Directeur financier devra chercher un financement optimal. C’est à ce moment précis, qu’une trésorerie saine rassurera bien des investisseurs et organismes financiers, dont votre cher banquier.

Share:

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur facebook
Facebook

Autres articles :

L’utilité d’un Cash Forecast

Les prévisions de cash : anxiogène ou bouffée d’air ?

Voyons ce qui se cache derrière les mouvements de trésorerie et comment tirer profit d’un cash forecast pour limiter les risques.

Lire »

Pour recevoir la newsletter, des conseils et des outils gratuits.

Call Now Button